Maxime N’DEBEKA

N'Ddebeka_©_Thierry_Cardon.jpg

Maxime N’DEBEKA est né le 10 mars 1944 à Brazzaville.

Dramaturge, metteur en scène, conteur et poète congolais, toutes ses pièces ont  été  jouées, enregistrées, diffusées en France, en Afrique, en Allemagne ou aux États-Unis.

Directeur de la Culture et des Arts de 1968 à 1972, il co-organise le premier Festival des Arts au Congo et fonde en 1969 le Centre de Formation et de Recherche d’Art Dramatique. Condamné à mort pour subversion en 1972, il n’en deviendra pas moins ministre de la Culture en 1996. La guerre civile congolaise l’a exilé à Blois, qui depuis 2000 est devenue grâce au Parlement des écrivains sa ville refuge.

 

Bibliographie 

  • Equatorium, Présence africaine, théâtre, 1987, traduction américaine et mise en espace à New York en 1986, diffusée par RFI en 1989.

  • La danse de N’kumba ensorcelée, poèmes, Publisud, 1988.

  • Le Destin de l’immortel Fouabiss, théâtre inédit, diffusé par RFI en 1990.

  • Vécus au miroir, nouvelles, Publisud, 1991.

  • Paroles insonores suivi de Les signes du silence, poèmes, L’Harmattan, 1994.

  • Le Diable à la longue queue, théâtre, Lansman, 2000.

  • Quelque part, ailleurs, nulle part, pièce présentée à la Halle aux Grains de Blois, mai 2002.

  • Sel-Piment à la braise, roman, Dapper, 2003.

  • L’ Âge d’or - le jardin de l’art, livre d’artiste en collaboration avec le photographe Thierry Cardon, inédit.

  • Toi, le possible chimérique suivi de Les divagations de rêveur insomniaque, Le Manteau & la Lyre / Obsidiane, 2015.

  • L’Oseille / Les Citrons, poèmes, Le Manteau & la Lyre / Obsidiane, 2016.